#information
First cow Kelly Reichardt Durée : 02h02 Version : VOSTF Nationalité : USA Année : 2021 Date de sortie : 13 juin 2021 Western Avec : John Magaro, Orion Lee
#bande annonce
#synopsis

FESTIVAL TELERAMA DES AVANT-PREMIERES

Dimanche 13 juin à 18h30

Autour de 1820, Cookie Figowitz, un cuisinier expérimenté solitaire et taciturne, voyage vers l’ouest et finit par rejoindre un groupe de trappeurs au fin fond de l’Oregon. Là, il se lie d’amitié avec King-Lu, un immigrant d’origine chinoise qui cherche aussi à faire fortune. Ils vont rapidement s’associer pour créer une petite entreprise prospère, utilisant une vache laitière très prisée par un riche propriétaire des environs pour fabriquer des gâteaux…

Nous n’aimons rien de plus que le cinéma de Kelly Reichardt. Nous n’aimons rien de plus que sa façon de dépeindre une Amérique désargentée, au coeur de laquelle errent des âmes perdues mais vibrantes, à condition qu’elles se rencontrent. Nous n’aimons rien de plus que la manière dont elle pose sa caméra, donnant l’impression de ne capter que des moments pleins de vide, de superflu, d’inutile. Nous n’aimons rien de plus que le fait que ce vide nous remplisse autant de bonheur.

Plus que l’addition mécanique de tous ces petits riens, de ces gestes du quotidien, de ces dialogues simples, son cinéma s’attache en fait à révéler des personnages d’aujourd’hui (peu importe qu’elle filme une Amérique du XIXe siècle), qui parviennent ainsi à s’extirper du simple cadre cinématographique pour exister dans un temps qui s'inscrit entre le temps du film et le temps réel.

Oui, le temps est bien au coeur du cinéma de Reichardt, et peut-être plus que jamais dans ce film-là. Il fonctionne avec son inévitable pendant, l’espace. Mais cet espace reste principalement hors-champ : l’hostilité du monde nouveau s’invite presque incidemment dans le cadre. En optant pour un format carré a priori complètement contre-productif pour un « western » qui préfère les largesses du CinémaScope, elle assoit par ailleurs son regard singulier d'une cinéaste qui cherche, qui est capable de s’abandonner au hasard, qui ne s’intéresse à rien d’autre qu’à ce qu’une amitié sincère a d’indicible et d’intouchable. La caméra semble ainsi fonctionner comme une sorte de loupe, qui nous fait rencontrer des personnages si réalistes qu’ils en deviennent presque merveilleux.

Décidément, nous n’aimons rien de plus que la magie du cinéma de Kelly Reichardt.

#horaire
du mercredi 9 juin
au mardi 15 juin
mercredi 9
-
-
-
-
-
-
jeudi 10
-
-
-
-
-
-
vendredi 11
-
-
-
-
-
-
samedi 12
-
-
-
-
-
-
dimanche 13
18h30
-
-
-
-
-
lundi 14
-
-
-
-
-
-
mardi 15
-
-
-
-
-
-