#information
Jojo Rabbit Taika Waititi Durée : 01h48 Version : VOST Nationalité : U.S.A. Année : 2019 Date de sortie : 26 février 2020 Comédie, Drame, Guerre Avec : Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Scarlett Johansson, Taika Waititi, Sam Rockwell
#bande annonce
#synopsis

Attention Chef d’oeuvre !
Jojo est un petit allemand solitaire. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu’imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle.
Comment mettre en scène une histoire située en pleine seconde guerre mondiale dans laquelle l’ami imaginaire d’un gamin n’est autre qu’Adolf Hitler sans pour autant se casser les dents ? En étant Taika Waititi.
Dire de ce film qu’il danse sur une corde raide est sans aucun doute l’euphémisme de l’année. Narrer sans recul les aventures d’un antisémite fanatique à seules fins d’en rire relèverait de la gageure impossible si le film en restait là. Heureusement Taïka Waititi, réalisateur néo-zélandais né d’un père Maori et d’une mère Juive Ashkénaze, s’émancipe très vite de son postulat de départ, pour nous proposer une réflexion acerbe sur la manipulation, la perversité du monde des adultes, et l’impératif moral de l’ouverture à l’autre.
Toute l’intelligence du parti pris par Waititi tient dans le regard posé sur cette histoire tragi-comique : celle d’une société viciée vue à travers les yeux d’un petit garçon de dix ans; du coup l’apparition d’un Hitler burlesque et badin fait sens, en ce qu’il est davantage la vision fantasmatique d’un père de substitution que le reflet fidèle du dictateur. Au fur et à mesure que les yeux de Jojo se décillent, le rôle du mentor va s’amenuiser, laissant la place au vrai sujet du film, donc : la manipulation. Celle, massivement destructrice d’adultes lâches et corrompus capables de mentir à des gosses avant de les envoyer au casse-pipe, et celle, plus insidieuse, plus intime, d’un petit garçon terrifié à l’idée de tout perdre et qui reproduit à son tour les mensonges de la propagande à des fins égoïstes.
Passant du rire aux larmes avec un sens des ruptures de ton qui en laisseront plus d’un pantois, Jojo Rabbit ose et réussit haut la main l’impensable : une comédie iconoclaste sur le totalitarisme, qui jamais ne glisse dans la débauche lyrique d’un Tarantino ou la clownerie aseptisée d’un Benigni. L’air de rien, Jojo Rabbit célèbre la liberté de penser, d’aimer et d’exister en dehors de tout système : un bras d’honneur à toutes les entreprises de lavage de cerveau, d’où qu’elles viennent.
Film Actu et Utopia

#horaire
du mercredi 29 janvier
au mardi 4 février
mercredi 29
-
-
-
-
-
-
jeudi 30
-
-
-
-
-
-
vendredi 31
-
-
-
-
-
-
samedi 1
-
-
-
-
-
-
dimanche 2
20h15
-
-
-
-
-
lundi 3
-
-
-
-
-
-
mardi 4
-
-
-
-
-
-
du mercredi 26 février
au mardi 3 mars
mercredi 26
17h00
-
-
-
-
-
jeudi 27
20h30
-
-
-
-
-
vendredi 28
-
-
-
-
-
-
samedi 29
18h50
-
-
-
-
-
dimanche 1
17h20
-
-
-
-
-
lundi 2
-
-
-
-
-
-
mardi 3
14h00
-
-
-
-
-
du mercredi 4 mars
au mardi 10 mars
mercredi 4
14h00
-
-
-
-
-
jeudi 5
-
-
-
-
-
-
vendredi 6
17h10
-
-
-
-
-
samedi 7
-
-
-
-
-
-
dimanche 8
20h00
-
-
-
-
-
lundi 9
-
-
-
-
-
-
mardi 10
-
-
-
-
-
-